Mix d’actus Energie : Climat, Rénovation … et changement d’heure !

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.
Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Savez-vous pourquoi le GIEC insiste sur le seuil de + 1,5°C en terme de réchauffement climatique ? 

Quelques exemples si on limitait à + 1,5 °C :

  • 55 millions de personnes en moins touchées par la faim en Afrique (par rapport à + 2°C)
  • 73 millions de personnes en moins touchées par des vagues de chaleurs extrêmes estivales en Europe (par rapport à + 2°C)
  • 2 fois moins d’espèces animales et végétales menacées d’ici la fin du siècle (par rapport à +3°C)

Et pour mémoire, +1°C, c’est le réchauffement moyen déjà atteint… et +3°C, c’est la trajectoire de réchauffement projetée d’ici 2100, à partir des engagements pris à la COP21

Envie d’en savoir plus, chiffres clés, initiatives et vidéos de 2 min sur le site du Réseau Action Climat 

 

Vous doutiez-vous du décalage de perception sur l’efficacité de la rénovation entre les ménages et les pouvoirs publics ?

Une étude de l’ADEME  nous indique que si  » 83 % des ménages ayant réalisé des rénovations estiment qu’ils ont amélioré le confort thermique de leur logement à la fin des travaux », en fait, 25% ont un impact énergétique significatif (saut de 1 classe énergétique) et seulement 5 % présentant un impact énergétique important (saut de 2 classes énergétiques ou plus).
Cela montre combien le niveau bien plus ambitieux à atteindre pour réaliser la transition énergétique est mal appréhendé.

Du travail en vue dans les Espaces Info Energie pour améliorer cette prise de conscience ! Participez et faites connaître les visites de rénovations performantes pour mieux appréhender cela en direct sur un chantier.

En savoir plus avec la synthèse de l’enquête TREMI sur le site de l’ADEME.

Connaissez-vous l’impact énergétique du changement d’heure ?

Si l’évaluation de l’ADEME en 2009 annonçait une économie annuelle « de l’ordre de 400 GWh », soit l’équivalent de la consommation annuelle en éclairage d’environ 800 000 ménages français, elle estime désormais qu’en raison du déploiement de lampes basse consommation, les économies sont moindres. Cela pourrait néanmoins  « éviter une consommation inutile de 340 GWh par an à l’horizon 2030, compte tenu de l’augmentation des surfaces des bâtiments« .

En savoir plus dans l’article du site Connaissance des énergies, reprenant historique et décisions à venir à ce sujet.